- K -

Publié le par FM

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kaaba, Ka'aba ou Ka'ba sont des transcriptions approximatives de l'arabe الكعبة (en transcription traditionnelle : al kaaba) qui signifie cube.
 
 
 
 
Un kâfir (كافر [kāfir], incroyant) est un incroyant ou un infidèle à l'islam. Le kâfir pratique le kûfr (كفر [kufr], incroyance; athéisme; refus). Il faut distinguer l'accusation qu'un individu donné est un incroyant (kâfir), de celle qui consiste à dire que certains actes sont des actes d'incroyance (kûfr) qui ne mènent pas obligatoirement celui qui les commets à être accusé d'incroyance car il peut se repentir. Dénoncer celui qui est coupable d'incroyance se nomme takfir.
 
 
 
 
 
Al-Kaysâniya (الكيزانية [ak-kaysānīya]) est une secte des débuts du chiisme apparue après les mouvements de révolte contre les Omeyyades à Koufa en 685. On ignore l'origine de son nom. Elle s'est organisée autour d'un fils d'`Alî et de l'une de ses épouses appelée al-Hanifîya : Muhammad ibn al-Hanafîya.
 
 
 
 
Kerbala (كربلاء; aussi traduite en Karbala or Kerbela) est une ville d'Irak, située à 100 km au sud-ouest de Bagdad et a pour coordonnées : 32.61°N, 44.08°E. Sa population en 2003 était de 572 300 habitants. C'est la capitale de la province de Al Karbala. Les chiites la considèrent comme leur troisième lieu saint après la Mecque et Nadjaf, car c'est à Kerbala que l'imam Husayn a été massacré.

Les fêtes de l'Achoura et de l'Arbaïn commémorant la mort et la décapitation d'Husayn, s'y déroulent chaque année.

 
 
 
 
 
Khalid Ibn Al Walid (584 - 642) est un génie militaire arabe, compagnon du prophète Mohammed, Il participe après la mort du prophète à la reconquête de la péninsule arabique et est le commandant des armées arabes lors des conquêtes de l'Irak et de l'empire byzantin (bataille de Yarmouk). Sur plus de cent batailles qu’il commande, il n’en perd aucune. Il est nommé Saïf Allah El Masloul (سيف الله المسلول) (épée d'Allah).

Omar Ibn Al Khattab (second calife de l'Islam) le destitue dès son accession au pouvoir, pour des raisons qui restent toujours inexplicables. Des thèses comme querelles personnelles ou bien rivalité politique sont avancées. La destitution de Khalid Ibn Al Walid marque la fin de la progression spectaculaire des conquêtes arabes au temps des quatre grands califes.

 
 
 
 
 
Khanqah (cf. persan khaneh : maison), hôtellerie accueillant des derviches soufis.
 

Cet article est une ébauche à compléter concernant l'architecture en général ou un bâtiment en particulier, vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.

 
 
 
 
Le kharidjisme ou kharijisme est avec le sunnisme et le chiisme l'une des trois principales branches de l'islam. Il se divise à son tour en diverses communautés et tendances.
Cette branche est née du refus de l'arbitrage entre Ali et Mu`âwîya à l'issue de la bataille de Siffin qui les avaient opposés en 657. Cette bataille entre musulmans avait été meurtrière et Ali accepta l'idée d'un arbitrage pour arrêter le bain de sang. En principe partisans d'Ali, les Kharijites (خارجيّ [ārijīy], extérieur; étranger) se sont retirés et ont condamné les deux camps. Ils ont reproché à Ali de s'être soumis à un arbitrage car « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu ». Cette formule vaut un autre nom au kharijisme celui de la muhakkima (محكّمة [muakkima]) ce qui désigne la communauté de ceux qui prononcent la formule « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu ». Selon eux, une fois accepté par Dieu, le calife n'avait pas le droit de se laisser remettre en question par des humains. Ils se basent sur ce verset du Coran :

Si deux partis de croyants se combattent
rétablissez la paix entre eux
Si l'un se rebelle encore contre l'autre,
Luttez contre celui qui se rebelle
Jusqu'à ce qu'il s'incline devant l'ordre de Dieu.
Le Coran (XLIX ; 9)

Le clan rebelle était, du point de vue kharijite, celui de Mu`âwîya qui aurait dû s'incliner devant Ali.

Alors que son intention était de se diriger vers la Syrie pour combattre de nouveau Mu`âwîya, Ali dut combattre les Kharijites à Nahrawân (النهروان [an-nahrawān]) près de la ville de Bagdad actuelle en 658. Les Kharijites furent mis en déroute, et beaucoup furent tués, mais après cette victoire son armée refusa de repartir au combat contre Mu`âwîya. Ali retourna à Koufa.

Trois ans plus tard des Kharijites organisèrent le triple meurtre des protagonistes de cet arbitrage. Mu`âwîya à Damas, Ali à Koufa et l'arbitre du conflit `Amrû en Égypte devaient être assassinés le même jour. Ali est mort de ses blessures, Mu`âwîya fut blessé et survécut et `Amrû échappa complètement à l'attentat (661).

 
 
 
Les kharidjites apparaissent comme des puritains de l’islam, adeptes d’une morale rigoriste, condamnant tout luxe. Pour eux, la foi n’a de valeur que si elle est justifiée par les œuvres.

Les Califes doivent mener une vie exemplaire et doivent être choisis par voie élective parmi les meilleurs musulmans sans distinction de race et de tribu. Ils se diviseront sur le problème de la foi et de l’attitude à adopter à l’égard des autres musulmans; les azraqites sont des extrémistes pratiquant le terrorisme et n’admettent pas la dissimulation de la foi ; les najadat, moins durs à l’égard des attentistes, sont partisans de la prise du pouvoir par les armes ; les sufrites condamnent le meurtre politique et admettent la dissimulation de la foi par prudence ; les ibadites, intransigeants dans les domaines politique et moral, se montrent plus souples à l’égard des autres musulmans.

 
 
 
 
 
Kufr (كفر [kufr], incroyance; athéisme; refus) est un terme arabe qui veut dire mécréance. Dans l'islam, il se dit de toute croyance polythéiste (ou assimilée) et athée. C'est le refus de croire, mais aussi l'oubli de Dieu.

Dâr al-Kufr (دار الكفر [dār al-kufr], territoire de l'incroyance) : Cette expression désigne un territoire où la loi musulmane ne s'applique pas, par opposition avec Dâr al-Islam (دار الإسلام [dār al-islam], territoire de la paix; de l'islam) expression qui désigne les régions où l'islam domine et où la loi musulmane s'applique. Au début de l'islam, le Dâr al-Islam désignait la péninsule arabique par opposition aux territoires à conquérir.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Glossaire Islamique

Commenter cet article