- J -

Publié le par FM

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La jâhilîya (جاهِليّة [jāhilīya], ignorance; paganisme) désigne dans le Coran la période préislamique caractérisée par la présence à La Mecque d'un panthéon d'idoles.

Le prophète Mahomet avait surnommé un de ses opposants Quraychites du surnom infamant de Abû Jahl (أبو جَهْل بن هِشام [abū al-jahl ben hišām], père de l'ignorance). Abû Jahl de son vrai nom Abû al-Hikâm ben Hichâm (إحْكام [ikām], exactitude; précision) avait blessé le prophète en lui jetant des pierres. Il fut l'un des morts de la bataille de Badr.

 
 
 
 
Le Djihad (ou djihâd) est un terme arabe.

Le terme est utilisé dans le Coran, sourate 9:5.
Une révélation est reçue par Mohamed (Sala Allah aleihi wa salem) et l'enjoint de livrer la guerre aux idolâtres de l'Arabie afin de les convaincre de se soumettre et d'accepter l'islam. Mohamed (Sala Allah aleihi wa salem) se livra ensuite à ce qui est maintenant appelé le djihad. Ses disciples propagèrent l'Islam dans tout le Proche-Orient et en Afrique du Nord, jusqu'en Espagne, en Asie et en Afrique sub saharienne.

Cependant, de nombreux musulmans interprètent le terme Jihad d'une autre façon : il s'agirait de la lutte dans un sens spirituel, ou bien comme un effort pour la cause de Dieu.

Pour certains, le Jihad en tant que guerre sainte ne constitue que l'un des trois aspects du Jihad , qui peut être majeur, mineur interne, et mineur externe.
 
 
 
 
 
La jizya (جِزْية [jiz'ya], capitation; tribut; taxe) est l'impôt que devaient payer les hommes pubères parmi les dhimmis vivant en terre d'Islam. Les dhimmis, c'est-à-dire les « protégés », comprenaient les juifs, les chrétiens, les zoroastriens et les nestoriens, considérés par l'Islam comme les « Peuples du Livre » et qui étaient largement majoritaires dans les territoires nouvellement conquis par l'Islam.

Cet impôt de capitation trouve son fondement dans le Coran :

« Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d'entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils payent le tribut de leurs propres mains et qu'ils se soient soumis. » (Sourate IX, 29).

Les païens ou idolâtres n'ont droit eux à aucune mansuétude.

« Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les, et guettez-les dans toute embuscade, mais s'ils se convertissent, s'ils observent la prière, s'ils font l'aumône, alors laissez-les tranquilles. » (Sourate IX, 5)

Certains oulémas imposent toutefois la jizya à tous les non-musulmans, et défendent ainsi de les tuer en dehors du temps de guerre (voir une discussion des deux avis dans Ahkâmu ahl idh-dhimmah [1] d'Ibn Al-Qayyim)

Les musulmans, eux, doivent satisfaire au Zakat, le don aux indigents, qui fait partie des piliers de l'Islam.

 
 
 
 
 

 

Publié dans Glossaire Islamique

Commenter cet article