- Q -

Publié le par FM

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qibla Selon la tradition (sunna) Mahomet aurait à l'origine recommandé de diriger la prière vers Jérusalem. En cela il se conformait à l'usage des Juifs (1 Rois (VIII; 29, 30, 44); 2 Chroniques (VI; 21); Daniel (VI; 10)).

Cependant, depuis son exil à Médine en 622 (début de l'Hégire), La Mecque devint à la fois l'objet de son ressentiment et l'objectif de ses campagnes militaires. Elle devint aussi, tout naturellement, la direction de la prière, c'est-à-dire la qibla (قبلة [qibla], direction; sud). Une sourate vint confirmer cette obligation : « Tourne donc ta face dans la direction de la Mosquée sacrée. Où que vous soyez, tournez votre face dans sa direction » Le Coran (II; 144).

Beaucoup de cultes orientent leurs lieux de prière. La plupart du temps, c'est la course du soleil qui détermine cette orientation et la détermination de l'axe de l'édifice repose sur la simple observation. En revanche, le calcul de la qibla est complexe et a stimulé les géographes musulmans dans la recherche d'outils mathématiques et d'instruments aussi précis que possible.

Dans la pratique cependant, la précision est toute relative : à une distance de seulement 1000 kilomètres, la mesure angulaire de la Ka'ba est de moins d'un millième de degré. Par conséquent, seule l'intention du croyant déterminerait la validité de la prière.

Données
A = (48°54' - longitude du lieu)
(Différence de longitudes entre la Mecque et le lieu de la prière) ;
B = Latitude du lieu de la prière ;
C = 2°24'br />(Latitude de La Mecque).
La latitude doit être comptée positive au Nord et négative au Sud.
La longitude doit être comptée positive à l'Est et négative à l'Ouest
   
   
 
 
Calcul
 
Avec une calculatrice
 

 
Si le dénominateur est négatif

Ajouter 180° à Q si le numérateur est positif
Retranchez 180° à Q si le numérateur est négatif
 

Avec un langage de programmation ayant une fonction atan2
 

 
 
Résultat
 
Q = Direction de la qibla

Q > 0 angle partant de la direction du Nord et compté dans le sens rétrograde (sens des aiguilles d'une montre).

Q < 0 angle partant de la direction du Nord et compté dans le sens direct (sens inverse des aiguilles d'une montre, sens trigonométrique).
 
 
Le terme qiyâs (قياس [qiyās], analogie; référence; syllogisme;) désigne un type de raisonnement utilisé dès une époque ancienne par les juristes musulmans pour déterminer la solution d'un problème de droit (fiqh) non prévu par les textes du Coran et de la Sunna.

C'est le juriste ach-Châfi`î fondateur du l'école (madhhab) chafiite, qui en précisa la nature en le fondant sur la recherche de la « cause » d'une décision. Cette cause peut entraîner d'autres décisions non prévues initialement. Par exemple : la consommation de vin est condamnée parce qu'elle produit l'ébriété, cette « cause » permet de condamner également la consommation de toute boisson fermentée produisant l'ébriété.

Le qiyâs est utilisé - plus ou moins fréquemment - par les quatre écoles juridiques (madhhabs). Les hanafites sont ceux qui l'utilisent le plus, et les hanbalites sont ceux qui l'utilisent le moins. L'école disparue des zhâhirites refusait radicalement le recours au qiyâs.

Publié dans Glossaire Islamique

Commenter cet article