- T -

Publié le par FM

 

 

Tafsir tafsīr (tafsîr) تَفْسِير : exégèse, notamment du Coran  Un tafsîr (تَفْسِير [tafsīr], exégèse, commentaire) est un commentaire du Coran. Le tafsîr est plus une explication de texte qu'une exégèse au sens ou on l'entend pour les textes bibliques car il n'y à pas de critique littéraire ni de recherche des sources du texte. Le texte coranique est censé être dans une langue arabe parfaite et avoir pour auteur Dieu lui même. Le tafsîr ne concerne que le sens évident (zahîr) du texte et à recours aux hadiths. Le tafsîr à été d'autant plus nécessaire aux début de l'islam que la lecture du Coran pouvait comporter quelques difficultés dues aux déficiences du système scripturaire arabe surtout à ses débuts. Dans le style coufique primitif, le même symbole peut représenter jusqu'à cinq consonnes différentes et trois fois plus de syllabes différentes. La tradition parle de sept lectures canoniques différentes du Coran, sans parler de celles qui sont considérées comme extra canoniques. Ce sera le travail des savants de Bagdad de mettre au point une écriture plus univoque, imposant une lecture unique du Coran.
 
 
Tajwid tajīd (tajwîd) تَجْوِيد : embellissement, façon particulièrement appliquée de lire le Coran pour en tirer le plus de profit ; Dieu dit "Récite le Coran avec soin Le Coran" (LXXIII; 4)
La récitation (تِلاوة [tilāwa], récitation) du Coran doit suivre les règles du tajwîd, c'est-à-dire être : Une récitation prononcée correctement Une récitation à vitesse moyenne . L'art de la récitation du Coran (العِلم القِرَاءَةِ القُرآنِ [al-`ilm al-qirā'a al-qurā'n], la science de la récitation du Coran) inclut trois branches principales relevants du tajwîd:
La connaissance du tajwîd au sens de prononciation à la fois bonne et correcte.
La connaissance de plusieurs lectures, en adoptant des règles phonétiques différentes. Il y a sept « lectures » canoniques différentes.
La connaissance de plusieurs modes de récitation :
 
hadr (حَدر [adr], récitation rapide du Coran), c’est-à-dire au rythme de la parole normale.
 
tartîl (تَرْتيل [tartīl], psalmodie) récitation lente pour inciter à la réflexion.
 
 
tahqîq (تحقيق [taqīq], accomplissement), fait référence à un mode de récitation à mi-chemin entre 'hadr' et 'tartîl'.
 
 
 
Takfir takfīr (takfîr) تكفير : l'acte d'accuser un musulman d'être un infidèle (kâfir) Le takfîr (تكفير [takfīr]), généralement prononcé par une fatwa d'excommunication, renvoie le musulman au statut de kâfir même racine) (كافر [kāfir], incroyant), c'est-à-dire de mécréant, d'athée, de non musulman. Ce terme a acquis une certaine célébrité depuis qu'une telle sentence d'apostasie a été appliquée, entre autres, à deux écrivains :  
l'unicité de Dieu,
le statut de prophète de Mahamed
l'obligation des 5 prières quotidiennes
le jeûne du Ramadan
 
 
Taleb Taib (talib, taleb) طالب pl. tlibūn (taliban) طالبون : étudiant; candidat; demandeur; celui qui étudie afin d'obtenir une qualification 
 
 
Taliban Tlibūn (taliban) طالبون : Nom d'un mouvement salafiste Afghan, dans ce sens, la forme plurielle du mot arabe est la seule utilisée 
 
 
Taqiya taqīya (taqîya) تَقِيّة : le fait de devoir se dissimuler pour pratiquer sa religion.
 
 
Taqlid taqlīd (taqlîd) تَقْلِيد : imitation, c'est-à-dire respect, sans les remettre en cause, des préceptes d'une jurisprudence. Le taqlîd (تَقْليد [taqlīd], copie; imitation; routine; coutume) est l'acceptation littérale du contenu d'un enseignement, l'adhésion à une école juridique (madhhab) particulière ou à un mujtahid. Le taqlîd est le respect, sans les remettre en cause, des préceptes d'une jurisprudence. Le taqlîd consiste, pour celui qui ne possède pas la capacité d'ijtihâd, à suivre les directives énoncées par un mujtahid. Il existe deux types de taqlîd:
- Taqlîd mu`ayyan (مُعَيَّن [mu`ayyan], fixé; déterminé; précisé), qui consiste à suivre les principes élaborés par une seule école juridique.
- Taqlîd mutlaq (مُطْلَق [muthq], absolu; inconditionnel; total), qui consiste à suivre l'opinion d'une école sur une question précise et l'opinion d'une école différente par rapport à une autre question.
 
 
Tariqa Trīqa (tarîqa) طَرِيقة : proprement « procédé ». Confrérie de mystiques soufis ( Secte Egaré)
 
 
Tarkib tarkīb (tarkîb) تَرْكِيب : construction (d'une phrase par exemple)  le terme tarkîb (تَرْكِيب [tarkīb], construction; montage; assemblage) désigne en particulier une construction syntaxique, mais aussi tout autre «assemblage» même mécanique.L'étude de la grammaire (nahw) arabe issue du Coran fait partie des études coraniques. Curieusement Ibn Khaldoun ouligne que le Coran ne suit pas les règles de la grammaire. Il est indispensable que l'étude du Coran et de la Tradition soit précédée de celle des sciences linguistiques.
 
 
Tartil tartīl (tartîl) تَرْتِيل : forme lente de tajwîd (récitation appliquée du Coran) ; Le tartîl (تَرْتيل [tartīl], psalmodie) est une récitation lente du Coran pour inciter à la réflexion. cette récitation (تِلاوة [tilāwa], récitation) fait partie de l'art de la récitation du Coran (العِلم القِرَاءَةِ القُرآنِ [al-`ilm al-qirā'a al-qurā'n], la science de la récitation du Coran) appelé tajwîd. Le tartîl peut être encore ralenti à des fins d'explication et d'apprentissage de la lecture du Coran.
 
 
 
 
Tawhid (tawhîd) تَوْحِيد : monothéisme, appel à l'unicité de l'existence d'Allah 
Le terme tawhîd (تَوْحيد [tawhīd], monothéisme) est le dogme central de l’islam qui se proclame la religion du monothéisme strict. L'affirmation de l'unicité de Dieu (wahdânîya Allah) est la première obligation du musulman lorsqu'il prononce la formule de la profession de foi (chahada). Cette affirmation vient en contradiction avec le dualisme des zoroastriens où la divinité Ahura Mazda a un double maléfique Ahriman qui est responsable de la création de la matière. Allah est unique et est l'unique origine de la création (wahda al-wujûd). Cette affirmation veut aussi contredire le dogme trinitaire chrétien considéré par le Coran comme du polythéisme. Cette proclamation d’un Dieu unique fut une réaction aux cultes polythéistes que connaissait La Mecque au VIIe siècle.
 
 
 
Tayammum : tayammum (tayammum, ablution sèche) تَيَمُّم : ablution faite avec du sable en l'absence d'eau 
 
 

 

Publié dans Glossaire Islamique

Commenter cet article