Les enfants seront-ils dans leurs tombes interrogés par Mounkar et Nakîr ?

Publié le par FM



Les savants ont divergé sur deux opinions :


L'une de ces deux opinions est celle provenant des adeptes de l'Imâm Ahmad .

Ils soutiennent qu'ils seront interrogés de part le fait qu'il est légiféré de prier sur eux, de faire des invocations (Dou'â) pour eux, et de par la demande à Allâh qu'Il les préserve de la discorde (fitnah) de la tombe.

Comme ce que l'Imâm Mâlik  a rappelé dans son « Mouwatta », d'après Abî Hurayrah que le Prophète fit la prière funéraire sur un enfant et on l'entendit dire dans son invocation :

« Ô mon Dieu ! Préserve-le du tourment de la tombe. »

Rapporté par Mâlik dans « al-Mouwatta - vol-1 p.228 » et al-Khatîb dans « al-Târikh al-Baghdâd - vol-11 p.374 »



Et aussi ce qui a été rapporté par 'Alî Ibn Ma'bad, d'après 'Aisha qui passa près du convoi funèbre d'un petit enfant et pleura.

Il lui a été dit : quels sont ces pleures ô Mère des Croyants ?

- Elle répondit : J'ai pleuré pour cet enfant par compassion pour lui et du fait du rétrécissement de sa tombe.




D'autres (parmi les savants) ont dit : La question ne sera posée qu'à ceux (parmi les enfants) qui ont eu la raison (pour comprendre) les Envoyés.

Et s'il est demandé : est-ce qu'ils seront interrogés sur la foi aux Envoyés (Roussoûl)et leur obéissance ou pas, et qu'il leur serait dit : « que disais-tu sur cet homme qui vous a été envoyé ? »

Certes l'enfant est celui qui ne peut (en réalité) distinguer ce point, comment alors peut-on lui dire : « que disais-tu sur cet homme qui vous a été envoyé ? »

Il devrait (pour cela) lui être accordé dans la tombe la raison (al-'Aql), et certes, il ne sera pas interrogé sur l'ensemble tant qu'il n'est pas possible (pour l'enfant) qu'il comprenne et qu'il ait de la connaissance sur le sujet, il n'y a donc pas de leçon [à tirer] de cette question.



Mais dans l'au-delà, Allâh leur enverra (à ces enfants) un messager.

Et Il leur donnera l'ordre d'obéir à cela et il leur sera accordé la raison. Et celui qui obéira aura la félicité et celui qui désobéira entrera en enfer.

Cela sera donc une épreuve pour eux, et non pas une question au sujet de choses passées dans ce bas monde, à savoir d'obéir ou de désobéir comme pour ce qui est des questions des deux anges dans la tombe.



Quant au hadîth rapporté par Abî Hurayrah, il ne s'agit pas du châtiment de la tombe appliqué sur un enfant pour avoir délaissé l'obéissance ou avoir commis des actes de désobéissance.

Certes Allâh ne châtie pas un individu qui n'a pas commis de péchés dans ses actions. Au contraire, le châtiment de la tombe peut être une douleur que subit le mort pour des raisons autres, quand même cela n'est pas une punition pour des actes qu'il a commis.

Le Prophète a dit : « Le mort sera châtié pour les pleurs de sa famille sur lui. » Rapporté par al-Bukhârî et Muslim - n°932

 

Ce qui veut dire qu'il ressent la douleur, qui est autre que le châtiment, pour un péché qu'a commis un vivant.

Allâh  dit


 Personne ne portera le fardeau (responsabilité) d'autrui.

Sourate 6 V.164



Et le Prophète a dit : « Le voyage est une partie du châtiment. » Rapporté par al-Bukhârî et Muslim - n°1927

 

Ainsi donc, le châtiment est plus général que la douleur.

Il n'y a aucun doute, que dans la tombe il y aura douleur, angoisse et soucis, dont une partie atteint l'enfant pour le faire souffrir.

Il est donc légiféré pour celui qui prie sur un enfant, de demander à Allâh pour lui la préservation du châtiment.

Wa Allâhu A'Lâm (Et Allâh Seul Sait). 

Kitâb « ar-Roûh » de L'Imâm Ibn al-Qayyîm, p.237-239

 

 



Ibn Abd Al-Hâdî

SOURCE : manhajulhaqq

Al-Imam shams ud-Din Abi 'Abdullah Muhammed Ibn Abu Bakr Ibn Qayyim Al-Djawziyyah 

Publié dans Les Enfants

Commenter cet article