- Avertissements concernant certaines erreurs commises par les pèlerins lors de l’accomplissement des rites du pèlerinage -

Publié le par FM

 



Certaines erreurs concernent la croyance et les dispositions pratiques du pèlerinage. En ce qui concerne la croyance, certains pèlerins, à la Mecque comme à Médine, vont aux cimetières pour supplier les morts, demander leur « baraka » (miséricorde) et les prier d’intervenir en leur faveur auprès d’Allah.

Ces actes ressemblent à de l’hérésie contraire à la sunna du prophète ()concernant la visite des tombes car la sunna du Prophète ()veut que la visite des tombes vise à prendre une leçon, à se rappeler de l’au-delà et à prier pour les morts musulmans en demandant à Allah de leur accorder Son pardon et Sa miséricorde. Aussi, on ne doit pas voyager dans le seul but de visiter une tombe ; de plus, la visite ne doit être effectuée que par les hommes et non les femmes,

comme a dit le Prophète (): « Je vous avait interdit la visite des tombes ; (maintenant) visitez-les donc, car elles vous rappellent l’au-delà ». C’est un discours qui s’adresse uniquement aux hommes parce que le Prophète a maudit les femmes qui visitent les tombes…


Quand le Prophète () visitait les tombes, il invoquait Allah pour qu’Il accorde à leurs occupants le pardon et Sa miséricorde. Ce sont là les orientations du Prophète() concernant la visite des tombes. C’est pour que le visiteur prenne l’exemple, et invoque Allah pour qu’Il accorde Son pardon et Sa miséricorde au mort à qui on a rendu visite (si c’est un musulman).


Que les tombes soient visitées pour y invoquer les morts, demander leurs « baraka » et les supplier est contraire aux orientations du Prophète ().

C’est une hérésie ou une voie d’hérésie contraire aux rites du pèlerinage et à ses objectifs.


Certains pèlerins se fatiguent et perdent leur temps et leur argent en se rendant à des faux sanctuaires se trouvant à la Mecque et à Médine. A la Mecque, on va à la grotte de hirâ et à la grotte de thowr, et autres dont la visite n’est pas légiférées.

A Médine, on va aux sept mosquées et à la mosquée des deux quiblas et d’autres endroits pour y prier, invoquer Allah et demander leurs « baraka ». La visite de ces endroits, à la Mecque et à Médine, est l’une des hérésies introduites en islam.

Dans le monde entier, il n’y a pas de mosquées vers lesquelles on se déplace pour prier à l’exception des trois mosquées : la Mosquée Sacrée (Mecque), la Mosquée du Prophète () (Médine) et la Mosquée al-Aqsâ (Jérusalem) et aussi, pour ceux qui sont à Médine, la mosquée qobâ’. Il n’y a pas non plus, en islam, de grottes ni d’endroits à visiter, ni à la Mecque, ni à Médine et ni ailleurs car il n’y a pas de preuves qui légitiment cela. Puisque le pèlerin est venu demander récompense à Allah, il doit se limiter à la législation (châri’a) d’Allah et de son Prophète ().

Si le pèlerin économise son temps pour prier à la Mosquée Sacrée et la Mosquée du Prophète () et qu’il économise son argent pour le dépenser en faisant l’aumône aux nécessiteux, il obtiendra la récompense. Alors que s’il perd ses possibilités dans les innovations et les légendes, il obtiendra des péchés et les châtiments.

Le pèlerin doit faire attention à cela et ne pas suivre les ignorants et les innovateurs ou ce qui a été écrit sur certains de ces rites pour lui faire propagande et la publicité. Il doit se référer aux rites sérieux qui ont été écrit à la lumière du Coran et de la Sunna pour sauvegarder sa paix, sa foi et son pèlerinage.

Et en cas de problèmes, il devra consulter les savants (oulémas).

Saleh ibnou Fawzân ibnou ‘Abdallah Al-Fawzân .

Traduit par Nsango Osmanou - Sous la direction du professeur et docteur El Hannach Mohamed

Publié dans Le Pélerinage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article