- C -

Publié le par FM

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les cadis (قاض [qādi], juge) sont des juges musulmans remplissant des fonctions civiles, judiciaires et religieuses. Le cadi est un juge de paix et un notaire, réglant les problèmes de vie quotidienne mariages, divorces, répudiations, successions, héritages. Leur fonction a été créée sous la dynastie des Abbassides
 
 
 
Un califat est le territoire reconnaissant l'autorité d'un calife, successeur de Mahomet qui cumulait autorité politique et religieuse. Ce mot sert aussi à désigner le régime politique lui-même et la période pendant laquelle il s'exerce (ex. « pendant le califat de Haroun Al Rachid »).

Le mot arabe خليفة est devenu khalifa, puis califat en français.
 
 
 
Le mot calife (prononcé RRalif en arabe/perse) est une romanisation de l'arabe khalîfa littéralement « successeur (du prophète) », terme dérivé du verbe khalafa (khalafa, خَلَفَ) signifiant « succéder ». Le porteur du titre garde l'unité de l'Islâm et tout musulman lui doit obéissance : c'est le dirigeant de l'oumma. L'autorité d'un calife s'étends sur un Califat.
 
 
 
 
Le chaféisme, parfois orthografié shafiisme ou chafiisme, est l'une des quatre écoles (madhhab) de jurisprudence (fiqh) de l'Islam sunnisme. Il est pratiqué en Indonésie, Thaïlande, aux Philippines et est religion d'État au Brunéi Darussalam et en Malaisie. Environ 15% des musulmans appliquent ses préceptes.
 
 
 
 
La chahada (شهادة [šahādah], témoignage) qui signifie « attestation » ou « témoignage de foi » en arabe, est l'un des piliers de l'islam.

Cette confession de foi musulmane est très brève : « J'atteste que nulle divinité ne doit être adorée hormis Allah et que Mohammed est son envoyé. »
 
 
 
 
Est un chahîd celui que l'on considère comme un martyr pour l'islam (شَهيد [šahīd], martyr). Le sens du mot arabe est proche de celui du mot grec ([martüros], témoin) puisque le mot chahid (i court) (شَهِد [šahid], témoin; spectateur) signifie lui aussi témoin. Il s'agit évidemment de témoigner de sa foi.
 
 
 
 
La charia (šarīah, charî‘a شَرِيعَة) est le code de jurisprudence religieuse musulman. Le terme signifie en arabe « ce qui a été légiféré [par Dieu] ».
 
 
 
 
 
Un cheik, chaykh, cheikh ou sheikh (شيخ [šaykh], maître; vieillard; sage) est, chez les Arabes, un homme respecté en raison de son grand âge ou de ses connaissances scientifiques, religieuses, philosophiques. Ce titre correspond au sage.
 
 
 
 
Le chiisme (ou chi'isme, shi'isme ; en arabe شِيعَة šīhaa) qui regroupe environ 10 % des musulmans constitue l'une des trois principales branches de l’islam avec le sunnisme et le kharijisme.
 
 
 
 
Le mot chûrâ ou choura (شورَى [šūrā], concertation, conseil) désigne par exemple le parlement d'un état islamique, le conseil d'administration d'un parti ou d'une institution religieuse. Dans le cadre religieux musulman c'est un concile de juges musulmans.
 
 
 
Un chérif (arabe: شريف šarīf, noble; respectable; descendant du prophète) est un descendant du prophète mohammed (sala Allah aleihi wa salem). Il l'est nécessairement par l'une des filles du prophète qui n'a pas eu de descendant mâle atteignant l'age adulte.
 
 
 
 
Le Coran (القرآن al qurān, récitation) est le livre sacré des musulmans. Il regroupe les paroles divines qui ont, selon leur croyance, été transmises au prophète Mahomet par l'archange Gabriel durant une période de vingt-trois ans. Il est parfois également appelé kitâb (livre) ou dhikr (rappel). Les musulmans le considèrent comme la parole de Dieu.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Glossaire Islamique

Commenter cet article