Al-Mundirî

Publié le par FM



Il est 'Abd Al-‘Azîm Ibn 'Abd Al-Qawî Ibn 'Abdu-l-lâh Ibn Salâmah Al-Mundirî, le Shafi'îte, dit aussi Abû Muhammad, Zakî Ad-Dîn, historien etsavant dans le hadîth et dans la langue arabe.


Il est né en l'an 581 h. (1185 de l’air chrétienne) en Egypte, d'origine syrienne. Il fut, dès son jeune âge, connu pur sa sagacité et sa grande faculté de retenir par cœur ce qu'il apprenait.


Son premier maître était Al-Hâfiz Al-Hanbalî, Muhammad Ibn Hamad Al-Artâhî (décédé en 601 h). Ensuite, il accomplit son instruction chez 'Alî Ibn Al-Mufadhal Al-Maqdisî, après l'avoir accompagné pendant longtemps.
 
Ilvoyagea beaucoup, pour approfondir son savoir, de Makkah, à Damas, à Harrân, à Ar-Rahâ à l'Alexandrie, où il a pu rencontrer les grands savants

dans le hadîth de l'époque.Son intérêt porté au hadîth était tellement grand, qu'il dépassa tous ses contemporains, et devint, selon la description de l'un de ses disciples : « Sans rival dans la science du hadîth avec toutes ses branches. Il discernait avec perspicacité l'authentique de l'apocryphe ou de source douteuse (...) Il était tout aussi expert en matière de connaissance des rapporteurs, du degré de leur honnêteté, de leurs naissances, de leurs décès et de leurs nouvelles. »
 

Il s'installa au Caire, où il exerça l'enseignement, à la mosquée « Al-Djâmi’ Az-Zâfirî ». Ensuite, il fut nommé maître de "la maison du hadîth d'al-Kamilia".
Là, il se consacra pendant vingt ans à la science, l'enseignement, l'éducation et à composer des ouvrages. Il ne sortait du Djâmi’, d'après As- Sabakî, que pour la prière du vendredi, et que même lors des funérailles de son fils, il ne fut pas plus loin que la porte.Parmi ses disciples, figurent d'illustres savants, tels que: Ad-Dimyâtî, Taqî Ad-Dîn Ibn Daqîq Al-'خd et Ach-Charîf 'Izz Ad-Dîn. Plusieurs ont rapportéd'après lui, notamment Abû Al-Husayn Al-Yuninî.
Le renom d'Al-Hâfiz Al-Mundhirî ne se limitait pas seulement au hadîth, car il fut également érudit dans la langue arabe, la jurisprudence et l'histoire.


Les historiens attestent à l'unanimité, qu'il était le plus savant (qui avait appris le plus par cœur) de son temps, honnête, digne de confiance, dévot et qui s'abstenait de tout ce qui était douteux ou suspect.
 
 


Et Allâh [seul] sait Mieu
 
 
Source : Dans son livre "at-targhîb wa-t-tarhîb mina-l-hadîthi-charîf." traduit en français aux éditions dâru-l-firk.
 

Commenter cet article