Al-Mouhâsibi (رحمه الله)

Publié le par FM

Son nom

Al-Harith Ibn Asad al-Mouhasibi



Parmi ses livres

- Les héritages et conseils spirituels et les dons sanctifiés pour le bénéfice de toutes les créatures [al-Wasâya wa n-nasâih al-diniyya wa n-nafahat al-qoudsiyya li naf'i jami' l-bariyya]

- Le livre d'observance des droits d'Allâh [Kitab al-ri`aya li houqouq Allah], Al-`Izz Ibn `Abd al-Salam en écrivit une version abrégée.

- Le livre d'imagination [Kitab al-tawahhoum], une description du jour du Jugement;

- Le livre de la retraite spirituelle [Kitab al-Khalwa]

- Traité pour ceux qui demandent à être guidé [Rissalat al-moustarchidin]

- Le livre de la compréhension du Coran [Kitab al-Qouran]

- Le livre de la nature et le sens de l'esprit et les différences parmi les gens à ce sujet [Kitab mahiyyat al-`aql wa ma'nahou wa ikhtilaf al-nas fihi]

- Les questions concernant les travaux des cœurs, des membres et de l'esprit [al-Masâil fi a'mal al-qouloub wa al-jawarih wa al-`aql]

- Le livre de la magnificence [Kitab al-`azama]

 



Sa mort

En 243 H.



Les éloges à son sujet

Al-khatib al-Baghdadi rapporte : "Ahmad Ibn Hanbal n'aimait pas les spéculations de al-Harith dans la science du calame de même que les livres qu'il éditait. Fréquemment, il mettait les gens en garde contre al-Harith. Mouhammad Ibn Ahmad Yaqoub appris de Mouhammad Ibn Nou'aym al-Dabbi : J'entendis l'Imam Abou Bakr Ahmad Ibn Ishaq - al-Sibji - dire : J'entendis Isma'il ibn Ishaq al-Sarraj dire : "Ahmad Ibn Hanbal me dit un jour : J'ai appris que ce Harith est souvent chez toi. Qu'en est-il si tu m'invitais et me plaçais quelque part où je pourrais l'entendre sans être vu?"


Je répondis : "Certainement, Ô Abou 'Abd Allah!" et j'étais content de ce premier pas de sa part. Je partis et je demandai à al-Harith de venir nous visiter cette même nuit comme ses compagnons y seront aussi. "Ô Isma'il, ils sont nombreux, par conséquent tu ne leur serviras que de l'huile et des dattes, et seulement ce que tu peux."


Je suivis ses intructions et je partis informer Abou 'Abd Allah. Il vint après Al-Maghrab, alla s'installer dans une petite chambre la-haut et commençai à réciter ses dévotions usuelles. Al-Harith et ses compagnons arrivèrent, mangèrent, et se levèrent pour prier salat al-'icha, et ils ne prièrent pas après cela. Ensuite, ils s'asseillèrent silencieusement devant al-Harith et ne dit aucun mot jusqu'au milieu de la nuit. L'un d'eux alors posa une question à al-Harith et celui-ci commença à parler.

Ses compagnons l'écoutèrent comme s'ils avaient peur d'effrayer un oiseau. Certains pleuraient.

D'autres poussaient des petits sanglots au fur et mesure qu'il parlait. Je partis alors dans la chambre pour voir Abou 'Abd Allâh et le trouvai évanoui à force d'avoir pleuré.

Je redescendis. Ils continuèrent ainsi jusqu'au matin où ils se levèrent et s'en allèrent. Je retournai là-haut voir Abou 'Abd Allah. Il avait changé. Je lui demandai : "Que penses-tu maintenant de ces gens?"


Il dit : "En ce qui me concerne, je n'ai jamais vu leur pareil, ni entendu sur la Science des Réalités ('ilm al-haqâiq) des mots comme ceux prononcés par cet homme.

Néanmoins, malgré ce que je viens de dire, je ne te vois pas en vérité apte à leur tenir compagnie. Ensuite il se leva et s'en alla". (Tarikh Baghdad 8/214, Ad-Dhahabi a dit : "La chaîne de transmission de cette histoire est fiable, mais le rapport en lui-même est rejeté, car mon coeur ne l'accepte pas. Je ne pense pas que Ahmad puisse faire chose pareille" Mizan al-I'tidal 1/430 n°1606)

 


As-Soubki (رحمه الله) expliqua la réaction ambigüe de l'Imam Ahmad de la façon suivante : "Considérons ce récit avec attention et sachons que Ahmad Ibn Hanbal ne considérait pas sage pour cet homme (al-Sarraj) de joindre leur compagnie parce qu'il n'était pas l'un de ceux qui pourrait s'élever à leur niveau. En vérité, ils étaient sur un chemin difficile; tous les gens ne peuvent pas entreprendre équitablement ce chemin qui fait peur. Autrement, Ahmad aurait-il pleuré et glorifier al-Harith de la manière dont il fait ses éloges?". (Tabaqat ach-chafi'iya 2/279)



Ad-Dhahabi (رحمه الله) a dit : "L'Ascétique, le Connaisseur…Je dis : al-Mouhassibi est d'un haut rang, et il toucha brièvement à la théologie spéculative; par conséquent, il eut des reproches à ce niveau". (Siyar a'lam al-noubala)

 



Les critiques à son encontre

Adh-Dhahabî (rah) a dit : "Sa'îd Ibn 'Amr al Barda'î a dit : "J'ai vu Abou Zour'a lorsqu'il fut interrogé à propos de Al-Harith Al-Mouhassibî et ses livres. Et il a répondu au questionneur par la parole : "Prend garde de ces livres car ce sont des livres d'innovation et d'égarement ! Accroche-toi fermement aux ahadîth car certes tu y trouveras ce qui est suffisant pour toi".

 


Puis il lui fut dit : "Il y a des exhortations pour nous dans ces livres".
Alors il répondit : "Quiconque ne reçoit pas d'exhortation du Coran, alors il ne recevra aucune exhortation de ces livres ! Vous est-il parvenu que Soufyan ou Mâlik ou Al-Awzâ'î ont déjà écrit leurs genres de livres basés sur l'erreur et le doute ? Combien rapides sont les gens à tomber dans les innovations !".

 

 

Source : Risala.net

Publié dans Prédecesseurs

Commenter cet article