- Successions -

Publié le par FM

Attribuez d'abord les réserves aux réservataires et ce qui restera sera pour le plus proche des mâles

3027. D'après Ousâma Ibn Zayd (رضي الله عنه) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le musulman n'hérite pas de l'infidèle, ni l'infidèle du musulman".

3028. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Attribuez d'abord les réserves aux réservataires et ce qui reste, sera pour le plus proche des mâles".



Succession du mort sans héritier direct

3031. Jâbir Ibn 'Abdoullâh (رضي الله عنهما) a dit : Comme j'étais tombé malade l'Envoyé d'Allâh et Abou Bakr vinrent à pied me rendre visite. Au moment où ils arrivaient, j'eus une syncope. L'Envoyé d'Allâh fit ses ablutions et en répandit ensuite de l'eau sur moi. Je revins alors à moi et dis : "Ô Envoyé d'Allâh, que dois-je faire au sujet de mes biens, comment en dois-je les distribuer aux héritiers?". Le Prophète ne me rien répondit jusqu'à la révélation du verset relatif aux successions : Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis : Au sujet du défunt qui n'a pas de père ni de mère ni d'enfant, Allâh vous donne Son décret :..



Le dernier verset révélé est celui de la succession du mort sans héritier direct

3036. D'après Al-Barâ' (رضي الله عنه), Le dernier verset révélé est : Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis : Au sujet du défunt qui n'a pas de père ni de mère ni d'enfant, Allâh vous donne Son décret :...



Les biens d'un mort doivent être attribués à ses successeurs

3040. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), Quand on amenait un mort endetté à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), il demandait : "A-t-il laissé quelque chose pour l'acquittement de ses dettes?" Si le mort avait laissé, il fit la prière funéraire sur lui, sinon, il dit à ses compagnons : "Faites vous-mêmes la prière funéraire pour votre compagnon". Après qu'Allâh lui ait donné la victoire dans toutes ses conquêtes, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dit : "J'ai plus de droit sur les Croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes. Celui qui meurt (indigent) en laissant une dette, je me chargerai de son acquittement. Celui qui laisse des biens, ils iront à ses successeurs".

 

 


Publié dans Sahîh Mouslim

Commenter cet article