- Donations -

Publié le par FM

 

Mépris d'acheter l'aumône que la personne a faite à une autre

3044. 'Omar Ibn Al-Khattâb (رضي الله عنه) a dit : Je fis don pour la guerre sainte d'un cheval racé qui m'appartenait; mais, celui à qui il était échu, le laissait dépérir. Je voulus le récupérer pensant qu'il le vendrait à bas prix et j'en parlai à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui me dit : "Ne l'achète pas, ne reviens pas sur ton aumône que tu as faite, car celui qui revient sur son aumône est comme le chien qui avale son vomissement".

3046. D'après Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), 'Omar Ibn Al-Khattâb fit une aumône d'un cheval pour être monté dans les combats dans le sentier d'Allâh; plus tard, le voyant vendu, il voulut le racheter et interrogea à ce sujet l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم). "Ne le rachète pas, répondit celui-ci, et ne reviens pas sur ton aumône".



Interdiction de revenir sur sa donation ou sur son aumône, sauf si elles sont faites au fils

3048. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui revient sur son aumône est comparable au chien qui retourne à son vomissement pour le manger".

3050. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui revient sur sa donation est comparable à celui qui vomi; puis, mange son vomissement".



Il est blâmable de préférer un enfant aux autres dans la donation

3052. D'après An-Nu'mân Ibn Bachîr (رضي الله عنه), son père le conduisit auprès de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et dit : "J'ai donné à mon fils que voici un esclave qui m'appartenait". - "As-tu également donné un à chacun de tes enfants?", demanda l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم). - "Non", répondit Bachîr. "Eh bien! reprit l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), reprends cet esclave".



Donation viagère ('umrâ)

3062. D'après Jâbir Ibn 'Abdoullâh (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Une donation mobilière viagère appartient à celui qui la reçoit ainsi qu'à sa descendance et ne revient donc plus au donateur. C'est un don auquel s'applique la règle de la succession.".

3073. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "la donation mobilière viagère est permise".

 

 


Publié dans Sahîh Mouslim

Commenter cet article