- Objets trouvés -

Publié le par FM

3247. D'après Zayd Ibn Khâlid Al-Juhanî (رضي الله عنه), Un homme vint trouver l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et le questionna au sujet des objets trouvés. "Remarque bien l'enveloppe de l'objet et le cordon qui le ferme, puis annonce ta trouvaille pendant un an, si le propriétaire se montre (rends-la-lui); sinon fais-en ce que tu voudras". - "Et si c'est un mouton égaré?", demanda l'homme. - "Il sera, répondit-il, à toi, à ton frère ou au loup". - "Et si c'est un chameau égaré?" - "Tu n'as pas à t'en occuper; il a son outre (c-.à.d. son réservoir d'eau dans ses bosses) et ses chaussures (c-.à.d. ses sabots), il saura manger des plantes et s'abreuver jusqu'au moment où son propriétaire le retrouvera".

3251. 'Ubayy Ibn Ka'b (رضي الله عنه) a dit : Du temps du Prophète (صلى الله عليه و سلم), j'avais trouvé une bourse contenant cent dinar. Je la portai au Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui me dit : "Fais connaître ta trouvaille pendant un an". Je le fis sans que quelqu'un vînt reconnaître la bourse et j'allai de nouveau au Prophète qui me répéta : "Fais connaître ta trouvaille pendant un an". Je le refis sans plus de succès que la première fois. Je retournai auprès du Prophète qui m'engagea une troisième fois à faire connaître ma trouvaille pendant une année. Je le fis vainement et, quand je revins le trouver pour la quatrième fois, il me dit : "Retiens le nombre de pièces de cette bourse, la nature de son enveloppe et son système de fermeture; si son propriétaire vient (la réclamer, donne-la-lui); sinon dispose de cette bourse". (Le transmetteur ajoute : Plus tard je le rencontrai à La Mecque et il me dit : "Je ne sais plus s'il s'agit de trois ans ou d'un seul").



Interdiction de traire une femelle sans l'autorisation de son propriétaire

3254. D'après 'Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Que personne ne traie l'animal d'un autre sans son autorisation. L'un de vous aimerait-il qu'on vînt dans son appartement, briser son garde-manger et emporter ses vivres? Or les mamelles de vos animaux sont comme vos garde-manger où vous conservez vos aliments. Que personne donc ne traie l'animal d'un autre sans son autorisation".



Hospitalité

3257. D'après 'Uqba Ibn 'Amir (رضي الله عنه), Nous dîmes à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) : "Ô Envoyé d'Allâh! Tu nous envoies en mission et il nous arrive de demeurer chez des gens qui ne nous offrent pas l'hospitalité, que penses-tu de cela?". L'Envoyé d'Allâh répondit alors : "Lorsque vous descendez chez des gens qui ordonnent de vous fournir ce qu'il convient d'offrir aux hôtes, acceptez leur hospitalité. S'ils ne le font pas, prenez d'eux tout ce qui est dû à un hôte par des gens de leur condition (en le leur demandant -ou selon une variante- en les critiquant)".



Recommandation, en cas d'un manque de provisions, d'apporter tout ce qu'on possède

3259. D'après Salama Ibn Al-'Akwa' (رضي الله عنه), nous sortîmes dans une expédition en compagnie de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et nous fûmes menacés de la famine au point que nous pensâmes à égorger quelques-unes de nos montures. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous ordonna alors d'apporter tout ce que nous avions comme provisions et de le mettre sur une natte en cuir. Les hommes se mirent alors autour de cette natte. Je m'efforçai d'évaluer la quantité de nourriture apportée et j'estimai qu'il équivalait à la longueur et la largeur de la place que pouvait prendre une chèvre assise. Nous étions mille quatre cents hommes et chacun de nous mangea à la satiété et fit provisions en emplissant sa gibecière.

 Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit ensuite : "Avez-vous de l'eau pour les ablutions?". Un homme apporta un vase contenant à peine quelques gouttes d'eau et versa le contenu dans un verre. Et alors que nous faisions nos ablutions, l'eau (qu'on nous versait du verre) coulait à flots si bien qu'elle suffit à nous tous - à savoir que nous étions mille quatre cents hommes. Le Transmetteur ajoute : Huit personnes vinrent ensuite et demandèrent s'il y en a de l'eau pour les ablutions, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) leur répondit : "Les ablutions sont déjà faites".

 

 


Publié dans Sahîh Mouslim

Commenter cet article