Aperçu sur le Djihad selon lla voie des Salaf

Publié le par FM

 

 

Ce qui apporte aide et soutient aux serviteurs


Et Il Allâh leur a également ordonné de rester fidèles à son commandement, dans lequel il y a le meilleur soutient pour eux dans la guerre contre leur ennemi.

Ainsi Il les informa que s’ils accomplissent ce qu’Il leur a ordonné, ils ne cesseront d’être aidés contre Son ennemi et leur ennemi.

Et que s’Il devait donner le pouvoir à l’ennemi contre eux, et bien ce ne serait que dû à leur délaissement de ce qu’Il leur a ordonné, et à cause de leur désobéissance envers Lui.

Et même alors, Il ne les priverait point d’espoir, et ne les pousserait pas à désespérer. Plutôt, Il leur ordonne de faire face à leurs problèmes, de soigner leurs blessures, et de retourner encore s’opposer à leurs ennemis.

Et Il les aidera alors contre l’ennemi et leur donnera victoire sur lui.



Ainsi, Il les a informés qu’Il est avec les pieux parmi eux, et ceux qui font les bonnes oeuvres, et avec les patients et les croyants et qu’Il défend, protège, Ses serviteurs croyants par des voies avec lesquels ils ne peuvent se défendre eux-mêmes. Plutôt, par Sa défense, Sa protection en leur faveur de telles manières qu’ils sont soutenus contre leur ennemi, et n’eut été Sa protection, leur ennemi les auraient dévastés et détruit.



La défense d’Allâh envers les croyants selon leur niveau de Foi


Et cette défense envers eux est en accord avec leur degré de Imân [foi], et en accord avec l’importance, la mesure de cette Imân. Si l’Imân  s’accroît, se renforce, alors la protection s’accroît également. Ainsi, quiconque trouve du bien, alors qu’Il loue Allâh, et quiconque trouve autre que cela, alors qu’il ne blâme nul autre que lui-même.

Et ceci fait partie des « Sounnans » d’Allâh dont la signification véritable n’est pas comprise ni appréciée par bien des "réformateurs" et groupes et sectes, et qu’ils n’incluent pas dans le champ de leur da’wa. Et chaque calamité qui atteint les musulmans, les individus et les sociétés, revient à cela, à cause soit de la corruption [déviation] ou de la faiblesse de leur Imân [foi].



Le Djihâd qu’Allâh a ordonné à chaque croyant


Et Il leur a également ordonné d’accomplir le Djihâd dans Son sentier, ainsi qu’il se doit d’être véritablement accomplit pour Lui, de même qu’Il leur a ordonné de Le craindre comme Il se doit véritablement d’être craint.

Et tout comme la véritable crainte de Lui est qu’Il soit obéit et non désobéit, rappelé et non oublié, remercié et non fait montre d’ingratitude envers Lui, et bien le véritable Djihâd dans Son sentier est que le serviteur accomplisse le Djihâd contre sa propre âme, afin que son cœur, sa langue et ses membres soient asservis et soumis à Allâh.

De telle sorte que tout ceci est pour Allâh, non pour sa propre âme ou par sa propre âme. Et qu’il accomplisse le Djihâd contre Son Shaytân [démon] par le fait de rejeter sa promesse, et en désobéissant à son ordre et en faisant ce qu’il interdit, car il [Chaytân] ne promet que des promesses vides, et il crée la tromperie [duperie], et il promet la pauvreté, et il ordonne l’infamie et interdit la piété et la guidance, la chasteté et la patience, et toutes les caractéristiques de la foi. Ainsi, accomplit le Djihâd contre lui en rejetant sa promesse et en désobéissant à son commandement, et alors, de ces deux Djihâd l’un contre Chaytân, l’autre contre son âme

[Ed. lier cela à ce qui constitue le Djihâd contre l’âme et le Djihâd contre Chaytân, qui sont de 6 niveaux au total, et qui comprennent le Djihâd « fard’ ’ayn » sur chaque individu. Survient la force, le pouvoir, et les moyens par lesquels il accomplit le Djihâd extérieur contre les ennemis d’Allâh, par son cœur, sa langue, sa main et ses biens, afin que la Parole d’Allâh soit la plus élevée].



Les paroles des Salafs [anciens pieux prédécésseurs] concernant le Djihâd


Et les paroles des Salafs concernant le droit du Djihâd sont diverse :

Ainsi, Ibn ’Abbâs a dit : « C’est de vouer toute sa force, ses moyens, pour Lui, et qu’il ne craigne, dans le sentier d’Allâh, le reproche de quiconque ».

Muqâtil a dit : « Travaille pour Allâh comme Il mérite que l’on travaille pour Lui, et adore-le comme Il doit véritablement être adoré ».

Et ’Abdullâh Ibn al-Mubârak a dit : « C’est de combattre l’âme et les désirs [an-Nafs wal-hawa]. »

Le Djihâd selon la capacité et les moyens, et Allâh n’inflige la difficulté à personne


Et quant à celui qui a dit que deux versets étaient abrogés à cause de sa croyance qu’ils ordonnent quelque chose qu’il est incapable d’accomplir, et que Le craindre comme Il se doit d’être craint et faire le Djihâd pour Lui comme il se doit d’être accomplit pour Lui consiste en tout ce dont un serviteur est capable : Cela varie pour chacun, en fonction de la situation variante de chacun en terme de force, de capacité et d’incapacité, de science et d’ignorance. Ainsi, la crainte d’Allâh comme Il se doit d’être craint et faire le Djihâd pour Lui comme il se doit d’être accomplit pour Lui, en ce qui concerne celui qui a la capacité et la faculté [al-qadîr wal-moutamakkîn], et qui a la science, est une chose. Et en ce qui concerne celui qui est incapable et ignorant et faible [au niveau de la taqwa (piété) et du Djihâd], cela est une autre chose.

Cela montre que l’obligation (des différents degrés) du Djihâd varie d’individu à individu, cela étant basé sur les facteurs que Ibn al-Qayyîm a cités.

Et ceci contient une réfutation de ceux qui font un principe de leur da’wa le fait l’appel à un niveau particulier du Djihâd et de le rendre « fard ’ayn » sur la Oumma. Cependant, il y a certaines situations où le niveau du Djihâd du combat spécifiquement devient obligatoire sur chaque individu d’un endroit, d’une époque ou d’une situation particulière. - voire plus tard

 Et regarde donc comment Il a fait suivre ce commandement [d’accomplir le Djihâd comme il se doit d’être véritablement accomplit pour Lui] par Sa Parole : « C’est Lui qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne [harajîn] » sourate Al-Hadj, 22/78


Et la signification de Al-Haraj est Ad-Dayyiq (ce qui est confiné, étroit, restreint, qui gêne). Plutôt, Il l’a fait (la religion) vaste, et suffisant pour tout individu, tout comme Il a fait que sa subsistance atteigne et soit suffisante pour chaque être vivant, et Il a imposé au serviteur ce qu’il peut supporter, et Il a donné subsistance au serviteur avec ce qui est suffisant pour lui. Ainsi, il est capable d’accomplir ce dont il a été chargé et sa subsistance lui suffit, et Il n’a point imposé de difficultés à son serviteur dans la Religion sous quelque angle que ce soit. Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit : « J’ai été envoyé avec Al-Hanafiyyah As-Samha », c’est-à-dire avec la Religion, qui est Al-Hanafiyyah [droite] dans le tawhîd et samha [bienfaisante, généreuse] en action.



Et Allâh - Subhânnahu wa Ta’âla- a pourvu Ses serviteurs de largesse et de répit par Sa Religion, et Sa subsistance, Son pardon, Sa miséricorde, et Il a également ouvert grandes les portes du repentir pour eux, et ce, tant que l’âme reste dans le corps, et il a aussi ouvert grand une porte pour eux [celle du Repentir], qu’Il ne fermera pas jusqu’à ce que le Soleil se lève de l’Occident.


Il a également fait pour chaque péché une expiation qui enlève ce péché, par la voie du repentir, de l’aumône, ou d’une bonne action qui l’efface, ou bien d’une calamité qui l’expie. Et Il a également fait pour chaque chose qu’Il a interdite, une chose qui est halal, et qui est plus bénéfique qu’elle [que ce qui est harâm], et qui est plus salutaire, plus délicieuse, afin qu’elle prenne sa place (au harâm) et que le serviteur ne soit pas dans le besoin de ce qui est harâm [interdit], et afin que le halal lui suffise, et qu’il ne soit pas gêné. Et Il a fait que chaque difficulté par laquelle Il les éprouve ait de la facilité à la fois avant et après elle : « Une difficulté ne surpassera pas deux facilités » [Rapporté par Hâkim (2/528) d’après Al-Hassan concernant la Parole d’Allâh : « Certes, avec la difficulté est toujours la facilité ». Il a dit : « Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) sortit réjouit et content, tandis qu’il riait et il dit : « une difficulté ne surpassera pas deux facilités, certes, après chaque difficulté vient la facilité ». Tous les rapporteurs sont thiqat [dignes de confiance]. Cependant, il est Mursal.]

Donc telle est Sa manière d’agir, au Sublime, avec Ses serviteurs, ainsi, comment pourrait-Il leur imposer ce qu’ils ne peuvent atteindre, et encore moins avoir la capacité et la force de le faire ?

Tiré de www.salafipublications.com

Source : Minhajulhaq

Publié dans Différents Djihad

Commenter cet article