Le Djihâd et la Hijrah

Publié le par FM

Et le Djihâd n’est complété que par la Hijrah, et il n’y a nul Djihâd, ni Hijrah, excepté avec Imân [foi]. Et ceux qui placent leur espoir dans la Miséricorde d’Allâh, ce sont ceux qui ont réalisé ces trois points.

Le Très Haut dit :



« Certes ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d’Allâh, ceux-là espèrent la miséricorde d’Allâh. Et Allâh est Pardonner et Miséricordieux ».

Sourate Al-Baqara -verset 218



Et de même que l’Imân est obligatoire pour chacun, et bien deux types de Hijrah sont obligatoires à tout instant : une Hijrah  vers Allâh avec le tawhîd, al-Ikhlâs [la sincérité] et al-Inâba [le remords], at-Tawakkoul [la confiance], al-Khawf [la crainte], ar-Radjâ [l’espoir], al-Mahabba [l’amour], et at-Tawbah [le repentir].



Et aussi une Hijrah vers Son Messager avec al-Mouttaba’a [le suivi], et la soumission, et le fait de suivre son commandement [Amr] et de croire en ce dont il a informé [al-Khabar], et de placer sa parole et son commandement au-dessus de toute parole et commandement de tout autre, ainsi qu’il l’a dit : « Ainsi, quiconque accomplit la Hijrah vers Allâh et Son Messager, alors sa Hijrah sera pour Allâh et Son Messager.

Et quiconque a accomplit sa Hijrah pour ce monde afin d’en gagner une part, ou pour une femme pour se marier avec elle, et bien sa Hijrah sera pour ce pourquoi il a émigré ».



Le houkm (avis) du Djihâd


Et afin d’accomplir le Djihâd contre sa propre âme pour Allâh, il lui est obligatoire également de faire Djihâd contre son Chaytân. Ainsi tout cela est « Fardh ’ayn » (obligatoire individuel), et nul ne peut déléguer cela à une autre personne.

Quant au Djihâd contre les Kouffar et les Mounafiqîn, et bien il se suffit (d’être accomplit) par certains de la Oummah, lorsqu’ils remplissent les conditions du Djihâd.



La perfection est fondée sur la perfection (de l’accomplissement) de chacun des niveaux du Djihâd


Et le plus parfait de la création d’Allâh est celui qui a parfait tous les niveaux du Djihâd.

Et ceux parmi la création ont varié entre eux quant à leur position auprès d’Allâh, fondée sur leur degré variable d’accomplissement des divers degrés du Djihâd.



Pour cette raison, le plus parfait et le plus noble de la création d’Allâh fut le sceau de Ses Messagers, car il a parfait les niveaux du Djihâd, accomplit véritablement le Djihâd dans le sentier d’Allâh ainsi que le Djihâd se doit véritablement d’être accomplit pour Lui.

Et il a également engagé ce Djihâd à partir du moment même où il fut envoyé en tant que Messager, et ce jusqu’à ce qu’Allâh le reprenne. Ainsi, lorsqu’Il lui révéla : « O toi le revêtu d’un manteau ! Lève-toi et avertis. Et de ton Seigneur célèbre la grandeur. Et tes vêtements, purifie-les. » Sourate Al-Moudaththir, 74/1-4



Il pris le chemin de la da’wah avec zèle et vigueur, et il se leva pour Allâh de la manière la plus complète, et il appela jour et nuit, en secret et en public. Et lorsqu’Il révéla :

« Expose donc clairement ce qu’on t’a commandé et détourne-toi des associateurs » Sourate Al-Hijra, 15/94



Il commença à proclamer publiquement le commandement d’Allâh, sans être retenu par (la crainte) du blâme des blâmeurs. Ainsi il appela le jeune et le vieux, l’esclave et l’homme libre, l’homme et la femme, le rouge et le noir, les Djinns et les hommes, à Allâh.



Et lorsqu’il proclama publiquement le commandement d’Allâh, et qu’il fit da’wah publiquement à son peuple, et qu’il les appela à abandonner leurs divinités, et qu’il [énonça] leurs erreurs dans la Religion [le Chirk qu’ils faisaient], leurs bras envers lui et ceux qui répondirent à son appel parmi ses compagnons devinrent sévères. Ils leur firent, à lui et à eux, subirent de nombreux genres de maux. Et ceci est la Sounnah d’Allâh -Subhânnahu wa ta’âla- envers Sa création, de même qu’Il, ta’âla, a dit :

« Il ne t’est dit que ce qui a été dit aux messagers avant toi » sourate Foussilat 41/43

Et Il a dit : « Ainsi, à chaque Prophète, Nous avons assigné un ennemi : des diables parmi les hommes et les Djinns » sourate Al An’âm, 6/112

Et Il a dit : « Ainsi aucun Messager n’est venu à leurs prédécesseurs sans qu’ils n’aient dit : "C’est un magicien ou un possédé ! Est-ce qu’ils se sont transmis cette injonction ? Ils sont plutôt des gens transgresseurs » sourate Adh-dhariya, 51/52-53



Et Il -Subhânnahu- a persuadé et consolé Son Prophète par ceci, expliquant qu’il avait un bon exemple en ces messagers qui sont venus avant lui. Et il l’a également consolé et encouragé ses suiveurs par Sa Parole : « Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous ? Misère et maladie les avaient touchés ; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés : « Quand viendra le secours d’Allâh ? » - Quoi ! le secours d’Allah est sûrement proche. » Sourate Al-Baqarah, 2/214



Et Sa Parole : « Alif, Lâm, Mîm. Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : « Nous croyons ! » Sans les éprouver ? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux ; (Ainsi) Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. Ou bien ceux qui commettent des méfaits, comptent-ils pouvoir Nous échapper ? Comme leur jugement est mauvais !



Celui qui espère rencontrer Allâh, le terme fixé par Allâh va certainement venir. Et c’est Lui l’Audiant, l’Omniscient. Et quiconque lutte, ne lutte que pour lui-même, car Allâh peut Se passer de tout l’univers. Et quant à ceux qui croient et font de bonnes œuvres, Nous leur effacerons leurs méfaits, et Nous les rétribuerons de la meilleure récompense pour ce qu’ils auront accompli. Et Nous avons enjoint à l’homme de bien traiter ses père et mère, et « si ceux-ci te forcent à M’associer, ce dont tu n’as aucun savoir, alors ne leur obéis pas ». Vers Moi est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez.



Et quant à ceux qui croient et font de bonnes œuvres, Nous les ferons certainement entrer parmi les gens de bien. Parmi les gens il en est qui disent : "Nous croyons en Allah" ; puis, si on les fait souffrir pour la cause d’Allâh, ils considèrent l’épreuve de la part des hommes comme un châtiment d’Allâh. Or, s’il vient du secours de ton Seigneur, ils diront certes : « Nous étions avec vous ! » Allâh n’est-Il pas le meilleur à savoir ce qu’il y a dans les poitrines de tout le monde ?



Allâh connaît parfaitement les croyants et connaît parfaitement les hypocrites. » Sourate Al-’Ankabout, 29/1-11


L’épreuve après que l’on ait dit « je crois », et comment l’on est renforcé et rendu ferme


Puis que le serviteur médite sur la mise en forme de ces versets en ce qu’ils contiennent de leçons (d’admonestations) et de trésors de science. Car les gens, lorsque les Messagers leur furent envoyés, étaient entre deux conditions :



- soit l’un d’entre dit : « j’ai cru ». 


- soit il ne le dit pas, et continue sur le mal et la mécréance.


Ainsi celui qui a dit « nous avons cru », son Seigneur va le mettre à l’épreuve et le tester et lui faire subir des tribulations [fitnah]. Et « al-fitnah » consiste en l’affliction [al-ibtila] afin que le véridique soit démarqué du menteur. Et celui qui dit « nous avons cru » alors qu’il ne pense pas qu’il puisse échapper à Allâh, et passer à côté, car Il possède les diverses étapes (du destin de la personne) entre Ses [deux] Mains.


Et comment un homme peut-il Lui échapper avec ses péchés, alors que les diverses voies sont en vérité entre Ses Mains



Ainsi, quiconque avait cru dans les Messagers et leur a obéit, alors ses ennemis lui montreront de l’inimitié et lui nuiront. Ainsi il sera testé par ce qui va lui faire du mal. Et s’il ne croit pas en eux, et ne leur obéit pas [aux Messagers], il sera châtié dans ce monde et dans l’au-delà, et ainsi il recevra ce qui lui est pénible, et cette chose, qui lui nuit, est plus grande que la douleur et plus durable que la douleur qui est subit par les suiveurs [des Messagers].


Dès lors, il n’y a pas d’échappatoire au fait de subir des maux, et ce pour toute âme que ce soit qui a cru ou bien qui n’a pas voulu croire. Cependant, le Croyant subit la douleur dans ce monde initialement, puis il reçoit la bonne fin dans ce monde et dans l’au-delà. Quant à celui qui se détourne d’al-Imân, il goûte le plaisir et le plaisir initialement, puis il entre dans une peine éternelle. Et Ach-Châfi’î (rahimahullâh) fut interrogé :



« Lequel des deux est le plus excellent pour un homme ? Qu’il soit fermement établit soit qu’il soit mis à l’épreuve ? » Il répondit : « il ne sera point fermement établit jusqu’à temps qu’il ne soit (d’abord) mis à l’épreuve. Et Allâh Ta’âla a mis les cinq Messagers de ferme résolution à l’épreuve et lorsqu’ils furent patients Il les établit fermement ».



Donc que nul ne pense qu’il sera libéré de toute douleur. En accord avec leurs douleurs, les gens varient selon leur intellect. Ainsi le plus intelligent est celui qui a vendu une peine éternelle en échange d’une peine temporaire et légère. Et le plus misérable d’entre eux est celui qui a vendu un peine temporaire et légère contre l’immense peine éternelle.

 L’Imâm Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh)

Tiré du site salafi publications et manhajul haqq


Publié dans Différents Djihad

Commenter cet article